Retour

Nature morte aux oiseaux de paradis, tyrans et martins-pêcheurs

École flamande, 1674
Demande d'information

Détails

Huile sur panneau, signée et datée : Er[e]stu oct….fe. anno 1674


Avec cadre : 79,4 × 60,3 cm
Sans cadre : 65 × 54 cm

Exposition

La Nature Morte, Bruxelles, Palais des Beaux‑Arts, 1929

Retour
Nature morte aux oiseaux de paradis, tyrans et martins-pêcheurs - Galerie Kugel
Nature morte aux oiseaux de paradis, tyrans et martins-pêcheurs - Galerie Kugel
Nature morte aux oiseaux de paradis, tyrans et martins-pêcheurs - Galerie Kugel
Nature morte aux oiseaux de paradis, tyrans et martins-pêcheurs - Galerie Kugel

Nature morte aux oiseaux de paradis, tyrans et martins-pêcheurs

École flamande, 1674
Demande d'information
Nature morte aux oiseaux de paradis, tyrans et martins-pêcheurs - Galerie Kugel
Nature morte aux oiseaux de paradis, tyrans et martins-pêcheurs - Galerie Kugel

Cette œuvre appartient au genre des natures mortes mais elle fut réalisée en trompe-l’œil et se caractérise donc par une recherche illusionniste. Divers tableaux de ce type existent, figurant des objets ou des animaux relativement plats mais dont de légers détails donnent un sentiment de relief. Ce type d’œuvres était très peu diffusé par la gravure et était surtout apprécié d’une élite intellectuelle. Cependant, au-delà de leur virtuosité et leur technicité, ces œuvres peuvent aussi être considérées comme des supports de méditation sur le sens de la vie et la mort. Ces tableaux constituent donc à la fois une source de réflexion mais aussi un jeu illusionniste auquel se livrait le peintre.

Outre leur réalisme et leur sens symbolique, ces oiseaux illustrent également le goût des contemporains pour l’exotisme et les naturalia. En effet, les tyrans sont des oiseaux très combatifs provenant du continent américain. L’une des plus anciennes illustrations de cette espèce se trouve dans l’ouvrage Exoticorum Libri Decem (1605) de Charles de L’Écluse qui, vivant à Leyde, pouvait aisément étudier les spécimens arrivés par bateaux aux Pays-Bas. Les oiseaux de paradis étaient quant à eux très prisés des collectionneurs et considérés comme des merveilles de la nature. Ils étaient très difficiles à se procurer et coûtaient extrêmement chers. L’ambassade hollandaise qui se rendit à Constantinople en 1613, offrit des oiseaux de paradis au sultan Ahmed I, illustrant ainsi la valeur donnée à ces volatiles.

L’œuvre est signée d’Ernestu Oct…, cependant l’identité de cet artiste demeure inconnue. Son nom même est incomplet. D’autres artistes réalisèrent des compositions similaires, comme Zacharius Wehme (1558–1606), mais bien avant notre nature morte. Une œuvre de ce peintre conservée au Staatliche Kunstsammlungen de Dresde est très proche de notre tableau.

Nature morte aux oiseaux de paradis, tyrans et martins-pêcheurs - Galerie Kugel
Nature morte aux oiseaux de paradis, tyrans et martins-pêcheurs - Galerie Kugel